Français flags flags flags flags

MERCIER innove encore et toujours !

Mercredi, 03/07/2013

Elle est la quatrième génération d’une entreprise familiale, crée en 1890 après la crise de phylloxéra. 
Au cours des années, l’entreprise a cumulé une expertise inégalée et une renommée mondiale de par la qualité sanitaire irréprochable des plants de vigne, des programmes de Recherche et Innovation, d’une large palette de services et conseils appropriés aux spécificités de chaque projet de création de vignoble.
 
Mercier frères a reçu le trophée Territoire innovation des Pays de la Loire 2012 catégorie Agriculture et alimentation.

Quelle innovation mettez-vous en avant ?
Éradiquer virus et champignons de ses plants de vigne pour offrir des vignes plus durables, la société́ Mercier frères, présente sur l’ensemble des vignobles français et dans une trentaine de pays à l’étranger, y réfléchit depuis de longues années. Car la PME familiale a toujours eu le souci de se distinguer par la qualité́. Et pour ce faire, elle n’hésite pas à investir massivement en R&D : 5% de son chiffre d’affaires en moyenne chaque année. « L’innovation fait partie du patrimoine génétique de l’entreprise », affirme Miguel Mercier, aux commandes de l’entreprise familiale, avec son frère Guillaume.

Quels sont les apports de votre offre ?
Le pari est en train de se révéler payant. La société́ a en effet réussi à mettre au point un process de production, breveté́, qui permet de diminuer de manière drastique la quantité́ de champignons pathogènes dans les bois de vigne. « Nous avons trouvé́ comment nettoyer les bois de vigne de tous les organismes pathogènes et comment réintroduire des micro-organismes bénéfiques qui permettent aux plants d’être plus forts et de mieux résister aux agressions extérieures », détaille Miguel Mercier.
En fait, la société́ a eu l’idée de laver les bois de vigne avec un produit, l’anolyte neutre, utilisé traditionnellement comme désinfectant dans les élevages, qui réduit très sensiblement les contaminants sans impacts négatifs sur le plant et sur l’environnement. Et elle a utilisé́ des technologies de diagnostics de pointe (PCR, néphélométrie) pour démontrer que son mode de désinfection avait un effet réel sur les champignons. Les premiers plants produits avec ce process ont été́ commercialisés en 2012. « Les premiers retours sont très favorables », annonce Miguel Mercier qui espère ainsi maintenir les positions de l’entreprise sur le marché́ français, où elle revendique 4 000 clients viticulteurs, et conquérir de nouveaux marchés à l’étranger, où elle réalise déjà̀ 50 % de son activité́.
Les plants de vigne greffés-soudés produits selon cette technique sont commercialisés depuis cette année avec un très bon retour des viticulteurs. La PME espère en tirer un vrai avantage compétitif. « Innover est indispensable si nous voulons faire la différence sur nos concurrents, notamment étrangers, qui ont des coûts de main d’œuvre beaucoup plus bas », estime Miguel Mercier.

Quelles sont vos perspectives d’évolution ?
Mercier frères emploie 130 salariés en équivalents temps plein. La société devrait clore son exercice 2012 sur un chiffre d’affaires aux alentours de 15 M€, dont 50 % à l’export dans une trentaine de pays avec deux filiales aux Etats-Unis et en Argentine. Grâce à ses innovations, elle table sur une croissance annuelle moyenne de 10 % par an dans les 10 prochaines années. Mercier frères commercialise aujourd’hui 12 millions de plants par an.
haut de page